Translate

mercredi 29 février 2012

Connaissez-vous vraiment les différences entre médias sociaux et réseaux sociaux ?

Je suis bien d'accord que démystifier les différences entre les médias sociaux et les réseaux sociaux n'est pas une tâche facile. Pour certains, c'est un peu comme comparer du yogourt glacé et de la crème glacée. Ils sont tous les deux à base de produits laitiers. Cependant, ces deux produits n'ont pas été préparés de la même façon. Des ingrédients bien distincts composent chacun d'entre eux. Bon, excusez-moi, juste d'en parler, ça me donne le goût de passer à la crèmerie du coin. N'ayez crainte ! Malgré la tentation de mes papilles gustatives, sachez qu'un réseau social n'existe pas sans une plate-forme média. Cela implique la participation des médias sociaux pour générer et partager du contenu sur les réseaux sociaux auprès de ces utilisateurs. Pendant que vous lisez ces quelques lignes vous devez sûrement vous demander: "C'est bien beau tout ça, mais qu'est-ce que ça veut dire ?" Permettez-moi de vous éclaircir un peu plus sur le sujet.

Les réseaux sociaux

Premièrement, les réseaux sociaux sont des endroits qui offrent aux utilisateurs du web la chance de se recueillir en s'abonnant à des plates-formes, ayant les outils nécessaires pour favoriser l'échange d'informations via des messages individuels, des actualités web, des photos ou des vidéos. Tout aussi utiles pour les individus que les organisations, l'utilisation de ces plates-formes entraîne des buts très précis. À l'aide de ces moyens de communication, un individu peut rechercher à solliciter des groupes pour se trouver un emploi, promouvoir un événement culturel ou s'amuser avec des jeux offerts sur ces plates-formes. Pour une organisation, l'utilisation des réseaux sociaux peut inciter celle-ci à se rapprocher de sa clientèle cible, à soumettre de l'information sur leurs pratiques ou valoriser leur marque. C'est un bon véhicule de visibilité pour informer, promouvoir ou divertir une communauté virtuelle. Les réseaux sociaux les plus connus sont Facebook, Twitter et LinkedIn.

Deuxièmement, il est important de noter que pour les individus, les réseaux sociaux permettent de développer et de renforcer des relations virtuelles avec votre entourage. Ces relations virtuelles que vous entretenez sont des personnes attachées à votre compte. Elles se divisent en trois catégories. Les relations primairessecondaires et tertiaires. Parmi ces relations virtuelles, on compte des personnes avec qui vous êtes en relation en tout temps et que vous rencontrez régulièrement. Je parle ici de votre famille et de vos amis proches. Par le fait même, les relations secondaires, elles, se rapprochent de votre vie de tous les jours. Elles peuvent compter d'anciens camarades de classe, des collègues de travail ou des coéquipiers sportifs pour ne nommer que celles-là. Enfin, les relations tertiaires  proviennent de l'extérieur. Elles représentent des entreprises, des organismes à but non lucratif ou des artistes qui cherchent à promouvoir leurs événements ou leurs produits et services grâce aux réseaux sociaux de ce monde. Ainsi, ces derniers permettent la circulation d'une vaste étendue d'informations, et ce de manière instantanée auprès des personnes que vous voulez rejoindre.

Les médias sociaux
Les médias sociaux sont des banques de contenus que les utilisateurs du web se partagent  sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et LinkedIn. Par exemple, des tribunes comme Blogger et WordPress où l'on trouve des blogues de toutes sortes ainsi que des plates-formes vidéos comme YouTube ou Dailymotion, sont des générateurs de contenus. Ils sont donc des médias sociaux. Pourquoi ? Très simple ! Sur ces médias, vous apercevez souvent des boutons  comme "like" pour Facebook ou "tweet" pour Twitter. Ces boutons redirigent ces contenus sur les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux peuvent se partager du contenu entre amis. Par contre, ils doivent le faire à l'intérieur des limites respectives que leur offre le réseau social dans lequel ils sont abonnés. Il est possible de partager du contenu entre Twitter et Facebook. Par conséquent, la limite de 140 caractères de Twitter impose l'apparition d'un lien Internet tandis que sur Facebook le lien partagé est présenté par une image ou un texte. C'est ce qui différencie les deux types de réseaux sociaux, mais je vous réserve le tout dans un autre article plus détaillé.

L'appellation "médias sociaux" englobe tout le contenu possible à partager, y compris les réseaux sociaux.  En somme, les réseaux sociaux sont des dérivés des médias sociaux. C'est pour cela que les gens distinguent mal les deux notions. Ils sont trop souvent utilisés et présentés de façon similaire. Voici un petit tableau qui vous aidera sûrement à éclaircir quelques-uns d'entre vous.

      



En résumé, les médias sociaux incluent les réseaux sociaux, mais aussi tout ce qui est en rapport avec le 3.0 comme Wikipédia, les blogues, Flickr, YouTube, etc. J'espère avoir été en mesure de clarifier les interrogations de certains d'entre vous. N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires. Il me fera un plaisir de vous répondre. En attendant vos commentaires, je vais en profiter pour me gâter avec un petit bol de crème glacée napolitaine. De quoi faire plaisir à mes papilles gustatives.


@+

mardi 28 février 2012

Les 5 "P" des réseaux sociaux

Les médias sociaux sont devenus des incontournables dans l'élaboration d'une stratégie marketing. Bien des entreprises se sont lancées à l'assaut de ces nouveaux outils tandis que d'autres, plus conservateurs, tardent à emboîter le pas. Chose certaine, les médias sociaux ne sont pas des moyens de communication comme les médias traditionnels. Ils ont une structure qui leur est propre. C'est pour cette raison qu'il est important de bien maîtriser l'art d'utiliser ces nouveaux médias afin de bâtir une stratégie de marketing qui sera solide et qui sera efficace pour votre entreprise. Pour y arriver, le marketing-mix est fondamental dans l'application d'une stratégie. Par contre, sachez que celui des médias traditionnels diffèrent beaucoup de celui des médias sociaux.


Le marketing-mix traditionnel

Le marketing-mix traditionnel, communément appelé les 4P, ne s'applique pas très bien pour les médias sociaux. La recette qui compose; le prix, le produit, la place et la promotion, est très efficace auprès des médias traditionnels. Aussi, appelés médias généralistes, la radio, la télévision et les journaux réussissent à atteindre leurs cibles. Tout dépend du vecteur utilisé et des objectifs rattachés à son utilisation. Cependant, ces médias génèrent beaucoup de revenus et s'adressent à un grand public. Afin d'assurer une plus grande efficience des ressources, un meilleur partage des sommes allouées au programme de marketing permettrait d'établir une stratégie plus diversifiée dans l'utilisation des outils de communication. Or, l'emploi de cette stratégie est limitée. Elle ne prend pas en considération l'évolution du marché dans lequel baigne les consommateurs et négligent de belles opportunités d'affaires. C'est pour cette raison qu'il est important de bien connaître son marché avant de choisir un moyen de communication.

Voici un petit schéma qui vous permet de remarquer les particularités des deux modèles:




Le marketing-mix des réseaux sociaux


Inspiré des 4P proposé par les médias traditionnels, la stratégie de marketing-mix des réseaux sociaux réside dans l'approche avec la clientèle. Au lieu de promouvoir une marque et de garder une certaine emprise sur l'image de votre organisation, elle permet d'offrir à ses cibles la possibilité de s'accaparer de la marque. Les cibles participent au façonnement de la marque. La stratégie de marketing-mix qu'utilise les réseaux sociaux repose sur 5P au lieu de 4P mais ils n'ont pas des définitions similaires.

Les 5P représentent, la perception, la participation, la proximité, la permission et la permanence. Cette stratégie à 5P cherche à établir une relation avec la clientèle. À partir du moment où une entreprise se place sur les réseaux sociaux, elle est n'est plus en situation de "push". C'est les utilisateurs qui stimulent le trafic de la marque. Les personnes qui commentent un lien savent très bien que celui-ci aura un impact. Qu'ils soient positifs ou négatifs, certains lecteurs de ce "post" s'en inspireront peut-être pour développer une vidéo ou une image afin d'attirer l'attention. Ce qui sera à la fois bénéfique pour l'entreprise. Ce sera de la publicité gratuite qui créera un "buzz" autour de votre marque. Par la suite, vous serez en mesure de développer une campagne publicitaire qui se rapprochera davantage à vos besoins et avec des objectifs précis. Ainsi, vous êtes en bonne situation pour vous positionner sur le marché et reconnaître votre marché plus facilement.

Bref, ce que vous devez retenir de ces deux stratégies est la conversation que vous voulez entretenir avec vos clients. Un vente est égale à des revenus supplémentaires, mais 2, 3, ou 4 ventes avec les mêmes clients vous démontre qu'une d'une relation de confiance est train de se manifester. Il faut que vous soyez en mesure de bien fidéliser votre clientèle et de les laisser venir vers vous au lieu d'aller vers eux. Comment ? En ayant toujours en tête l'objectif d'échanger avec celle-ci.



lundi 27 février 2012

The Artist, The Marketing Strategy

Pendant que Star Académie et Tout le monde en parle se disputaient les cotes d'écoute comme à tous les dimanches soirs, j'en ai profité pour regarder la 84e édition du Gala des Oscars qui se tenait hier à Los Angeles. Bien installé confortablement devant mon téléviseur, j'espérais comme bien des Québécois voir le réalisateur Philippe Falardeau repartir de cette soirée avec la statuette du meilleur film en langue étrangère pour sa réalisation de M. Lazhar. Finalement, c'est le film iranien A Separation qui a remporté la palme. Cependant, la grande révélation de ce gala est le film The Artist. Le film a remporté 5 Oscars dont celui du meilleur réalisateur, de la meilleure musique, des meilleurs costumes, du meilleur film et du meilleur acteur, Jean Dujardin. 


Or, ce matin, en prenant mon café, je me suis penché sur la stratégie de marketing que les promoteurs de ce film ont utilisée pour bien exporter ce produit culturel sur le marché international. Cela demande du temps, de l'argent, mais surtout un excellent "branding". 


Voici 10 étapes qui peuvent mener à un tel succès.


1. Une idée originale
The Artist est avant tout un bon concept. L'idée de présenter un film muet en noir et blanc à la Charlie Chaplin est très audacieux compte tenu des films que l'on peut visionner sur le marché actuellement.  Il ramène le 7e art à ses origines. Il nous fait vivre de bons moments grâce à une histoire bien ficelée. Les thèmes comme l'amour, la persévérance, l'échec et la renaissance permettent aux cinéphiles de s'identifier aux personnages. Cette histoire d'amour attachée aux déboires d'un acteur en déclin perce les frontières du langage.


2. La rareté 
Un produit comme The Artist est très rare dans un marché où les grandes productions se disputent les "box-office". Ce film représente une niche de choix qui permet de se différencier de la masse. Il rejoindra les "vrais" amateurs de cinéma et suscitera un plus grand intérêt dans une société où la nouveauté est dominante.


3. Ramener le cinéma à ses origines
Si les américains ont apprécié ce film, c'est qu'il a touché leur corde sensible. Le cinéma noir et blanc a marqué l'histoire du cinéma Américain. The Artist rappelle les débuts du cinéma du 20e siècle dans les années 20. Ce n'est donc pas étonnant qu'il ait eu autant de critiques élogieuses à son endroit et qu'il connaisse autant de succès à l'échelle internationale.


4. Parlez-en bien, parlez-en mal, le but c'est qu'on en parle
Il est important de créer un "buzz" médiatique. La seule façon de bien façonner sa marque afin d'attirer les gens au cinéma, c'est le bouche-à-oreille. Si l'on veut percer un nouveau marché, cette stratégie n'est pas à négliger particulièrement dans le cas d'une production cinématographique.  Pour The Artist, ce film avait déjà été lancé aux États-Unis et les critiques positives ont renforcé la marque.


5. Un titre évocateur
L'anglais est la langue universelle à travers le monde. Or, ayant opté pour un titre anglophone, un intérêt certain est créé envers ce produit culturel. On peut sous-entendre qu'il s'agit d'un film américain. Pourtant, au visionnement, on constate tout le contraire. En plus de posséder un film de qualité, de se distinguer de la masse, de créer un "buzz" et de renforcer le bouche-à-oreille, les promoteurs réussissent à positionner leur film sur le marché. Un titre comme The Artist est  simple, court et fait référence à l'histoire d'un artiste.


6. Un bon "branding" local
Un nom anglophone pour une marque n'est pas obligatoirement nécessaire si l'on veut s'établir au niveau international. Des marques comme le Cirque du Soleil, Lacoste et Hugo  Boss en sont de belles preuves. Par contre, il est important de faire appel à des personnes  qui possèdent une expertise dans le marché où l'on souhaite s'établir. Pour ce qui est du film The Artist, plusieurs acteurs américains ont participé à cette aventure et il a été vendu aux États-Unis comme étant un film américain. 


7 .Un bon contact
C'est le distributeur américain Harvey Weinstein qui a mené la campagne promotionelle de ce film sur le marché américain. Il est le principal artisan de sa victoire aux Oscars.


8. Garder un peu de mystère
Sans pour autant connaître les racines propres de la réalisation de ce film, Jean Dujardin a su le promouvoir en se promenant sur différents plateaux d'émissions américaines. À l'aide de son accent anglophone boiteux, il a tout de même réussi à démontrer plusieurs facettes de la culture cinématographique américaine. Ainsi, il suscite de la curiosité et sa présence est un bon "teaser" pour le développement promotionnel de cette oeuvre.


9. Utiliser des moyens promotionnels sobres
Beaucoup de spécialistes du marketing seront d'accord pour vous affirmer que nous sommes dans une ère post-marketing. Les gens d'affaires qui ont travaillé sur la stratégie promotionnelle ont réussi à miser sur des moyens efficaces qui n'ont pas nuit à l'image de leur film.


10. Y croire
Il est important de croire en son produit.  De cette façon, il est plus facile de négocier des ententes. Les contraintes budgétaires sont souvent la cause d'un emballage déficitaire, mais maintenant il est possible de remédier à la situation. Un bon esprit d'entrepreneur est essentiel dans un tel projet. The Artist ne fait pas exception.  


  

samedi 25 février 2012

Montréal en lumière accessible en un seul clic


Malgré la tempête de neige qui s'est abattue sur Montréal au cours des dernières heures, cela ne m'empêchera certainement pas d'aller passer des moments magiques et lumineux à la 9e édition de la Nuit Blanche de Montréal. Présenté par Hydro-Québec, la 13e édition du festival Montréal en lumière est un vrai "happening culturel", passant par les arts visuels, les arts de la scène, les arts gastronomiques et j'en passe. Cette soirée nous offre un amalgame d'activités culturelles qui sauront plaire à toute la famille. Spectaculaire, grandiose et original, il est sans contredit le festival le plus "illuminé" de tous tous à Montréal. Si je vous parle de celui-ci en particulier, c'est qu'il est l'un de mes préférés à Montréal et surtout parce qu'il possède une application mobile complète qui améliore et facilite vos déplacements lors de votre passage dans la métropole pour cet événement. 

Cette application mobile est disponible gratuitement pour votre iPhone, iPad et Android. Elle est en soi un guide qui vous permet de profiter de plus de 170 activités, sur trois sites et un dôme principal. De cette façon, vous pouvez apprécier davantage votre expérience au festival. À partir de cette application, il est possible pour vous de choisir les activités proposées selon vos intérêts et l'endroit où vous êtes situé. Elle vous offre l'horaire complet des activités, le lieu, la catégorie et les descriptions pour chacune des animations qu'on peut y retrouver. 

De plus,  la fonction "radar", celle-ci vous indique l'activité la plus proche de l'emplacement où vous êtes situé. Grâce à de belles cartes numériques vous évitez de perdre bien du temps dans vos déplacements. Par ailleurs, vous pouvez aussi consulter les sites Internet et contacter immédiatement une personne au numéro de téléphone correspondant. Ainsi, vous profitez pleinement de votre expérience sans trop vous tracasser des chemins que vous devez prendre.

Également, l'onglet multimédia vous permet de partager sur Twitter et Facebook vos coups de coeurs et de publier vos meilleures photos tout au long de votre soirée. Par ailleurs, en téléchargeant cette application sur votre mobile, n'hésitez pas à participer au Concours Nuit Blanche À Montréal, présenté par Hydro-Québec. Vous pourriez remporter un voyage pour la Baie-James. 

Sachez que la Nuit Blanche est la soirée à ne pas manquer pendant le festival Montréal en lumière. Elle est un bel outil afin de promouvoir la métropole et la découvrir. Je vous invite à télécharger cette application si vous prévoyez vous y rendre ce soir. Elle vous sera très utile. On ne sait jamais, peut-être que nos chemins se croiseront dans un spectacle d'humour,  à une dégustation du vin ou dans l'une des nombreuses galeries d'arts du Vieux-Montréal.  


Amusez-vous bien ! :)

vendredi 24 février 2012

Dur choc pour l'information à Radio-Canada

C'est devant les applaudissements des employés de la salle des nouvelles de Radio-Canada que l'on a appris en direct sur les ondes de RDI le départ du directeur de l'information de la société d'État, M. Alain Saulnier, hier en fin d'après-midi. 


Après 28 ans de loyaux services, il a été remercié de ses fonctions. Même si son départ est officiellement prévu pour le 16 mars prochain, il n'en demeure pas moins que cette nouvelle est un dur choc pour les journalistes de Radio-Canada. Ce congédiement a été très mal reçu par ses pairs. M. Saulnier était fort apprécié et jouissait d'une grande notoriété professionnelle. 


À l'approche de la présentation du budget Harper, des compressions budgétaires sont à prévoir pour la société d'État. Cela peut expliquer en partie les motifs qui ont mené la direction de Radio-Canada à prendre une telle décision. Selon les propos recueillis de Marc Pichette, directeur des relations publiques de la SRC, "Il s'agit d'une décision murie. M. Lalande désire effectuer des changements à la direction de l'information".Par le fait même, le vice-président, M. Louis Lalande, explique ce changement en vertu des nombreuses mutations que va subir Radio-Canada au cours des prochains mois. En poste depuis 5 semaines seulement, M. Lalande n'a pas hésité à montrer ses couleurs. Bien que dans son communiqué il loue le travail de M. Saulnier, semblerait-il que cela cacherait certaines hypothèses qui expliqueraient son départ. 


Je vous invite à lire l'article de Stéphane Baillargeon du Journal le Devoir. Celui-ci vous présente sa vision face à cette situation. Radio-Canada congédie son directeur de l'information, Alain Saulnier 


Par ailleurs, on a appris ce matin que la nomination de M. Michel Cormier comme successeur à M. Saulnier.  Celui-ci occupait un poste de directeur à la SRC de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Il prendra en charge tout le volet web, radio et télévision.



jeudi 23 février 2012

Critique journalistique

Je lisais un article écrit par Relaxnews et paru dans la section technaute de la plate-forme de Cyberpresse hier après-midi. Il concernait les très populaires tablettes numériques. Un article fort intéressant, mais avec un titre qui m'a passablement dérangé. "Les tablettes remplacent la télé, les professeurs et les gardiennes". Même si je n'ai pas d'enfants, je dois reconnaître qu'il est tentant de laisser son jeune s'amuser avec la tablette numérique à la maison afin d'éviter les temps morts. En vertu des nombreuses options offertes par ces appareils, je peux comprendre que la mobilité de ces "nouveaux monstres numériques" peut remplacer un médium comme la télévision. Les nombreux vidéos disponibles sur les plates-formes web  sont en partie responsables de ce phénomène. Par contre, affirmer qu'elles remplacent les gardiennes et les professeurs, je ne suis pas d'accord. 


Bien que des parents laissent leurs jeunes enfants sous la surveillance d'une tablette, je ne crois pas qu'elles sont conçues pour remplacer les gardiennes et les enseignants. Au contraire, elles sont davantage des outils de communication pouvant servir de complément pédagogique dans leur développement. Je me rappelle très bien qu'en 1987, alors que  je commençais la maternelle, ma mère m'avait acheté un mini-ordinateur conçu pour apprendre le nom des animaux. Il pouvait également m'aider à apprendre mes chiffres et mon alphabet. Cela a facilité mon passage en 1ere année par la suite. 


Ceci dit, un titre qui m'évoque un changement social dans un article où l'on me parle d'études effectuées et de comportements adoptés dans certains ménages, n'est en aucun cas représentatif de ce que j'ai pu lire. Un titre ironique vous direz, oui. Pour un éditorial d'accord.  Pour rapporter  une nouvelle, il faudrait revoir. Affirmer que ces appareils peuvent remplacer les enseignants et les gardiennes, je n'achète pas. C'est comme assumer la disparition des institutions scolaires. Bon, je sais que la comparaison est un peu forte et qu'elle amplifie la situation, par conséquent c'est ce que j'ai pu sous-entendre dans le contenu de cet article. Mon but n'est pas ici de faire de la "presse bashing", loin de-là. Je trouve que le contenu de Cyberpresse est d'une très grande qualité et très pertinent. Par contre,  cette fois-ci la publication de cet article m'a déçu. 


Ayant eu le privilège d'oeuvrer dans le milieu de l'éducation comme enseignant non légalement qualifié, au secondaire, au cours des deux dernières années, je doute fortement que l'on assiste à l'extinction de cette profession. Les besoins en éducation sont énormes compte tenu du fait que les budgets accordés aux écoles sont limités. Pourquoi? À cause des subventions gouvernementales offertes aux commissions scolaires et partagées entre les écoles affiliées. Cependant, l'apparition des tablettes numériques peuvent améliorer l'apprentissage de certains jeunes et renforcer les connaissances cognitives acquises durant la période d'utilisation de ces appareils. À la fois éducatives et divertissantes, les applications que l'on retrouvent sur les tablettes numériques permettent à ces jeunes d'acquérir des connaissances et développer certaines compétences afin de cheminer plus facilement dans leur parcours scolaire. Ainsi, ces outils s'intègrent très bien et facilement comme complément dans l'enseignement, tant dans les garderies que dans les écoles primaires et secondaires. 


Tout ça pour vous dire qu'en tant qu'auteur, j'apprécierais beaucoup, que vous lecteurs, me soumettiez vos critiques. Ne serait-ce que dans la publication d'une fausse information, une faute d'orthographe ou même si vous lisez un article que vous trouvez ambiguë. N'hésitez pas à me soumettre vos commentaires. Après tout, c'est vous les lecteurs. 


Je vous soumet le lien de cet article. À vous maintenant d'en faire votre propre interprétation.  Les tablettes remplacent la télé, les professeurs et les gardiennes 


@+

mercredi 22 février 2012

La Commission Charbonneau, une stratégie de communication sympa-TIC e-TIC et poli-TIC


Comme marketing rime souvent avec happening, le lancement de la Commission Charbonneau en est tout un. La Commission d'enquête qui cherche à obtenir de l'information sur l'octroi de la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction, a pris officiellement son envol mardi.

Habitué de voir des conférences de presse pour ce type d'événement, je dois vous avouer que j'ai trouvé fort intéressante la stratégie de communication proposée par la juge Charbonneau. Bien que je ne sois pas un grand fanatique de politique, l'envoi de DVD aux différents médias, qui couvre l'actualité politique, comprenait une vidéo dans laquelle on pouvait y apercevoir la juge Charbonneau. Celle-ci, fort sympathique au cours de ce visionnement, nous présentait le mandat de sa nomination, ainsi que le nom des personnes qui formeront son équipe pendant ce processus.

De plus, la mise en place d'un site Internet et l'ajout de cette même vidéo à celui-ci, offre la possibilité au public de communiquer avec des responsables de la Commission d'enquête. L'objectif visé est de recueillir le plus d'informations possibles auprès de l'ensemble de la population, et ce, de façon anonyme. Ces derniers peuvent partager des informations par courriel ou par une ligne téléphonique sans frais que l'on peut apercevoir dans le coin droit du site. Un choix logique pour la juge Charbonneau d'utiliser les technologies de l'information (TIC) pour passer son message. À l'aide de cet outil, elle cherche à se rapprocher du public. Après tout, c'est celui-ci qui finance en grande partie cette Commission d'enquête et qui en fait la demande en 2009.

Je sais que cette stratégie a soulevé bien des émois auprès de la presse au Québec. Par contre les méthodes déployées pour la Commission Charbonneau ne sont pas nouvelles en soi. Toutefois, elles sont très audacieuses contenu des circonstances dans laquelle se situe actuellement le Québec. Pour certains, elle cache quelque chose. Peut-être ? Beaucoup d'individus prétendent que des élections se préparent dans l'air. À cet effet, plusieurs croient que la juge Charbonneau peut avoir privilégié ce véhicule afin de ne pas nuire à l'image du Parti Libéral du Québec. Pas fou ! De mon côté, j'ose espérer que ce n'est pas le cas. Je préfère assister à un nouveau mouvement technologique en matière de diffusion d'informations qui ne critique pas l'éthique politique pour simplement justifier un rapport qui se résultera par un échec.

Il n'en demeure pas moins que l'on peut sous entendre que l'objectif secondaire derrière cette stratégie de communication est d'augmenter le contenu web des médias généralistes. Grâce aux articles émis par les journalistes, le partage du contenu via les médias sociaux atteindront les cibles souhaitées. Ainsi, cela suscitera une plus grande couverture, un intérêt marqué pour la cause et améliorera considérablement les chances de recueillir l'information recherchée auprès de la population ayant été témoin de pratiques plus ou moins honnêtes dans leur milieu respectif en matière de construction. Il est fort à parier que la région de la Côte-Nord ne sera certainement pas épargnée. Elle sera sûrement scrutée à la loupe en raison des nombreux projets présents.

Cependant, j'ai tout de même un bémol à l'égard de la stratégie que nous a présenté la juge France Charbonneau. Comment se fait-il qu'on est déboursé des frais dans l'achat et l'envoi de DVD ? Pourquoi ne pas voir attaché un simple lien Internet à un courriel ? Si l'on utilise les technologies de l'information aussi bien le faire à 100%. Une initiative intéressante, mais qui ne peut pas plaire à tout le monde.


@+

lundi 20 février 2012

Ma ville, mon mobile


Les applications mobiles représentent un vaste marché pour les compagnies de téléphones intelligents. Ce sont des outils tout à fait opportuns pour les internautes nomades. Les applications mobiles utilitaires sont celles qui ont la cote auprès des utilisateurs. Cette tendance s'explique avec l'arrivée des Y sur le marché du travail. Maintenant plus utilisés que les sites Internet, ces petits logiciels que les utilisateurs téléchargent sur leurs appareils sont très utiles en voyage et dans notre quotidien. Peu importe où l'on se trouve, ils mènent à une information quasi-instantanée.

Pour les Montréalais, on constate que bien des organisations ont développé des applications mobiles pour satisfaire les besoins de ses utilisateurs. La métropole est parsemée d'événements culturels, de bons restaurants et d'une panoplie de moyens pour s'y rendre.

Bien que certaines soient payantes, je vous présente mon top 10 des applications mobiles gratuites et disponibles, qui reflètent bien la réalité montréalaise. Vous pourrez y lire une brève description et constaterez qu'elles sont parfois pratiques, utiles et divertissantes.

10. RDS

L'application RDS mobile est idéale pour les amateurs de sports montréalais. Elle est la source francophone de prédilection en actualité sportive. À l'aide de cette application, vous obtiendrez les dernières mises à jour et la possibilité de partager les blogues et chroniques sur vos comptes Twitter et Facebook. De plus, pour les fans des Canadiens de Montréal, restez dans le feu de l'action en recevant les vidéos des buts marqués de votre équipe favorite peut importe où que vous soyez.

9. La Vitrine

La Vitrine est la référence toute indiquée pour connaître le calendrier culturel du grand Montréal. Vous pouvez consulter les descriptions des spectacles, des événements, des expositions et des activités culturelles en place. Par le fait même, vous pouvez y lire des textes descriptifs, bénéficier de coupons-rabais et profiter des offres de dernière minute. Également, vous avez la chance de vous procurer vos billets via cette application.

8. STM

Afin de faciliter l'accès des informations à ses usagers, la Société de transport de Montréal a développé cette application. Vous y retrouverez les horaires de bus et de métro, les tarifs offerts, l'itinéraire des trajets proposés et, enfin, vous pourrez repérer les arrêts disponibles, notamment pour les Bixis et les centres de service à la clientèle.

7. La Presse mobile

La Presse mobile vous permet d'être à l'affût de l'actualité en tout temps. Alimentée par le contenu du site web lapresse.ca, cette application vous offre une couverture riche et diversifiée de l'actualité d'ici et d'ailleurs. Grâce à plusieurs sections spécialisées, de bons reportages et des chroniques complètes, elle est une référence afin d'approfondir l'information de dossiers politiques, économiques, culturels, sportifs et plusieurs autres.

6. Le Guide Vieux Montréal

Le Guide Vieux Montréal est l'outil par excellence pour découvrir tout ce que le quartier a de mieux à vous offrir. Au coeur des festivités de Montréal, ce guide est un répertoire complet qui vous informe sur les restaurants, boutiques, bars, galeries d'arts, hôtels et un ensemble d'attractions que vous pouvez y retrouver pendant votre séjour. Que vous soyez un résident ou un touriste, vous saurez apprécier cette application pour planifier vos sorties, bâtir votre itinéraire et ajouter certaines de vos adresses préférées à vos favoris.

5. Les Canadiens de Montréal

L'application des Canadiens de Montréal est un excellent choix pour les partisans de leur équipe de hockey préférée. Elle vous donne accès à du contenu instantané et exclusif. Par exemple, des photos, des vidéos et des informations personnelles sur certains joueurs etc. En ayant cette application dans votre "smartphone", vous ne raterez rien de l'action. Statistiques, classement, pointage et plaisir sont aussi au rendez-vous.

4. Services mobile Desjardins

Les Services mobiles Desjardins vous permettent de contrôler vos transactions financières en tout temps. Cette application vous autorise à accéder à tous vos comptes Desjardins afin de vous informer sur vos soldes, payer des factures et effectuer des virements entre vos divers comptes et bien d'autres. Que vous soyez à une partie des Canadiens de Montréal, dans un 5 à 7 dans le Vieux-Montréal ou dans la STM, vous avez les mises à jour de vos finances personnelles au bout des doigts.    

3. Tou.tv

À la fois informative et divertissante, Tou.tv est une application développée par la Société Radio-Canada. Vous pouvez y retrouver le contenu des émissions diffusées à la télévision. L'application vous présente le résumé des épisodes, une description des épisodes et son contenu peut être partagé sur les réseaux sociaux. Un bel outil afin de promouvoir la culture québécoise.

2. Carte du métro de Montréal

La Montreal Metro Map Free, vous offre la carte complète du réseau souterrain de la ville de Montréal. À l'aide de cette application, vous serez rassurés en tout temps lors de vos déplacements aux quatre coins de la métropole, car la crainte de vous perdre sera inexistante.

1. Le journal Métro

L'application bilingue de Métro Canada vous permet d'accéder aux articles du journal Métro à Montréal, mais aussi ceux disponibles dans le reste du Canada. Que se soit Halifax, Edmonton, Calgary, Vancouver ou Toronto, vous êtes branchés partout au pays. De plus, elle vous donne des nouvelles brèves sur l'actualité, mais vous permet aussi de profiter des blogues et des chroniques des ces collaborateurs associés au contenu du journal. L'application parfaite pour s'informer sans trop se casser la tête.


@+

dimanche 19 février 2012

Le blog professionnel, Twitter ou Facebook ?


On ne s'en cachera pas, le blogue est un excellent moyen de communication pour partager son expertise avec autrui. Combiné à une bonne visibilité sur les réseaux sociaux, il peut vous générez bien des "leads" et amorcer l'acquisition d'une certaine crédibilité auprès de la clientèle à laquelle vous vous adressez. Par contre, la question que vous devez vous posez est la suivante: quel canal privilégié ? Twitter ou Facebook ? Ayant tous les deux des visées bien différentes, je tenterais de vous donner un portrait qui sera sûrement vous aider dans votre démarche.

Les réseaux sociaux sont des outils tous désignés pour les éditeurs digitaux afin de promouvoir et de partager leur contenu. Cela se fait rapidement et de façon instantanée. Les milliards d'usagers sur Facebook et Twitter peuvent maintenir une visibilité quasi exponentielle si plusieurs fidèles apprécient vos articles et qu'ils s'adressent à la clientèle visée. Sachez, qu'il n'y a rien de plus décevant que d'avoir passé des heures à écrire un article de qualité, de le soumettre sur le web et de remarquer qu'aucun lecteur est été interpellé par vos propos. Un blogue a besoin de lecteurs et les lecteurs ont besoin de voir votre blogue.

Twitter

Selon une étude réalisée auprès de plus de 5000 blogues par le site Hubspot Twitter serait une plateforme beaucoup plus efficace que Facebook. Twitter serait un meilleur vecteur de trafic. Transmettre un article sur Twitter correspond à 63% de pages vues par rapport à un partage simple sur Facebook. Par le fait même, un partage unique sur Twitter repésente 117% de trafic de plus qu'aucun partage à la base et le partage sur Twitter et Facebook est égale à 160% du trafic. Fait à noter, le succès de Twitter repose sur la présence de l'application "RT". Un bouton pour "retweet". Il s'agit d'une forme de "reply". Il suffit d'un simple clique et cela assure un retour plus facile pour partager le contenu. Ainsi, ces données nous donne un indicatif général qui vous permettra de bien cibler votre stratégie afin d'augmenter vos chances d'être lu et d'atteindre le résultat souhaité.

Facebook

Le partage sur Facebook entraîne plus de commentaires que sur Twitter. Les commentaires sur Facebook permettent aux usagers d'écrire des commentaires plus longs que ceux permis par Twitter. Tous les blogueurs apprécient les commentaires. À cet effet, si vous observez des liens, des mots ou des symboles, cela signifie que l'on accorde de l'importance à l'ensemble de vos propos. Ainsi, vous ressentirez que vous n'êtes pas en train de passer du temps à structurer vos articles pour rien.

Google + et LinkedIn


La récente arrivée de Google+ n'est pas à négliger. Jusqu'à présent, il est difficile d'évaluer son impact. Par contre, le partage de son blogue sur le réseau LinkedIn apporte souvent un meilleur retour que sur Facebook. Dans une relation B2B, il s'avère particulièrement efficace pour des personnes qui recherchent à établir une crédibilité dans un domaine professionnel.

Bref, le partage sur les réseaux sociaux est capital à la réussite de tout blogueur. Cela varie en fonction des objectifs de chacun. Ne serait-ce que pour augmenter son trafic, le nombre de commentaires ou sa présence sur le web. Il est fortement recommandé d'utiliser tant Facebook que Twitter. N'oubliez pas de compléter le tout avec le réseau LinkeInd pour des cas de B2B et à l'aide de réseaux sociaux complémentaires pouvant vous aider à atteindre vos objectifs.

vendredi 17 février 2012

Le langage sur Internet, les hiéroglyphes d'aujourd'hui

Bien que la majorité d'entre vous connaissez déjà un bon nombre des symboles reliés au langage des nouveaux médias, il n'en demeure pas moins que bien des néophytes ont de la difficulté à s'y retrouver. À l'ère des nouvelles technologies, la communication virtuelle occupe une place de choix dans notre quotidien. Je profite de cette tribune pour vous soumettre un petit lexique simple. Il comprend plusieurs codes et abréviations qui permettront aux nouveaux usagers de mieux déchiffrer ce langage, notamment sur les réseaux sociaux. Souvent appelé le "langage des jeunes", la messagerie texte, les forums et les salles de clavardage (chat room) sont souvent les endroits où l'on peut y observer ces hiéroglyphes du net. Cependant, suite à la lecture de cet article et un peu temps, il sera plus facile pour vous de s'y sentir confortable. 

Voici une liste des codes et des symboles que vous pouvez apercevoir sur bien des communautés web et souvent utilisé par les accros du texto:

@+/++/a+ : À plus tard
@: Utilisé dans les forums de discussion, ce symbole sert à désigner la personne à qui l'on s'adresse. "@Julie"
4ever: Forever
2day: Today
abs: Absent
att: Attend
bb: Bébé
bbq: Barbecue
bis/bsx/xx: Bisoux
bjr: Bonjour
bf: Boyfriend
bff: Best friend forever
brb: Be right back
cad/càd: C'est-à-dire
cb: Combien
c/c: Copié-collé
co: Se connecter
com: Commentaire
comm: Communication
coz/cuz: Because ou parce que (pcq) aussi fréquent
del: Delete ou Supprimer (supp) aussi fréquent
dt: Downtown
dsl: Désolé
flood: Quantité inutile de message
 fyi: For your information
gf: Girlfriend
hl: Hors-ligne
hs: Hors sujet
id: Idée ou ID pour identifiant
img: Image
jtd: Je t'adore
jtm: Je t'aime
lol: Laugh on Loud
mci: Merci
mdp: Mot de passe
mdr: Mort de rire
mp: Message privé
mktg: Marketing
msg: Message
omg: Oh ! My God !
pb: Problème
pdt: Pendant
pk/pq/pkoi: Pourquoi
pic: Picture ou Photo
qqun: Quelqu'un
rép: Réponse
slt: Salut
tjrs: Toujours
tkt/tqt: T'inquiète
tps: Temps
ttyl: Talk to you later
wtf: What the fuck
vdm: Vie de merde
vrm: Vraiment

Si vous en connaissez d'autres, n'hésitez pas à vous manifester et me les soumettre en par le biais de vos commentaires sous cet article. Je vous remercie d'avance et vous souhaite que ce petit cours 101 puisse aider les nouveaux utilisateurs à mieux comprendre cette dynamique. Plus tard, je vous informerez sur les émotîcones ou communément appelé les "smileys".



@+