Translate

mardi 27 mars 2012

L'industrie publicitaire québécoise est en deuil

C'est avec beaucoup de tristesse que l'industrie de la publicité québécoise a appris le décès de Louis-Éric Vallée. M. Vallée, qui était président et chef de la direction de Saint-Jacques Vallée Young & Rubicam, est décédé le 25 mars dernier des suites d'un cancer. 


C'est une institution qui s'est éteinte. Il était une bougie d'allumage dans son milieu. M. Vallée laisse derrière lui un bel héritage pour bien des professionnels de la publicité. Il demeure une inspiration et incarne le parfait communicateur. Ses influences, ses idées, ses valeurs et son professionnalisme resteront et seront toujours, de loin les plus grands atouts de tout professionnel des communications.

Pendant plus de 30 ans, ce battant a été l'un des hommes les plus influents de sa génération dans le domaine de la "pub". M. Vallée est l'un des pionniers de l'industrie publicitaire québécoise particulièrement dans un marché comme Montréal. Il a beaucoup fait avancer la publicité dans un dans la métropole. Par le fait même, il a tracé la voie pour beaucoup de professionnels actuellement dans l'industrie.

C'est en 1976 qu'il a  amorcé sa carrière auprès de l'agence J. Walter Thompson. Un an plus tard, de nouveaux défis l'attendaient chez Y&R à Montréal où il a occupé presque tous les postes reliés au secteur de la publicité. Il a su gravir les échelons en passant par le service à la clientèle, la planification stratégique, le développement d'affaires, jusqu'à la direction de l'agence dans le réseau Young & Rubicam Brands au Canada et en Europe.

En 1995, avec Madeleine Saint-Jacques, il est à l'origine de la création de sa propre agence publicitaire où il a su mettre en place un partenariat avec Young & Rubicam afin de réaliser son projet. Par ailleurs, M. Vallée a aussi été membre de plusieurs conseils d'administration et a déjà été nommé  président de AAPQ (Association des agences de publicité du Québec).

C'est une perte pour le monde de la publicité au Québec. Outre sa famille, il laisse dans le deuil ses amis, ses collègues, ses partenaires, ses clients, des professionnels de l'industrie et la complice de son agence, Mme Madeleine Saint-Jacques.

Je vous invite à lire le bel hommage qui lui a été réservé sur le site de son agence.  

M. Vallée, merci! 



lundi 26 mars 2012

L'avenir de la commandite: cinq grandes tendances


Un mot qui nous a laissé un goût amer il y a quelques années et que l'on entend de moins en moins est sans contredit "commandite". Bien qu'elle soit toujours présente lors de grands événements culturels et sportifs, il faut savoir mesurer son efficacité. Comment fait-on pour maximiser l'impact des commandites dans une ère qui génère d'importants revenus publicitaires sur les plates-formes en ligne?

Afin d'avoir les dernières mises à jour à ce niveau, je vous invite à lire un article qui a été publié ce matin sur le portail du marketing, de la publicité et des communications, le site Internet d'Infopresse. Cet article a été écrit par Francis Dumais, conseiller en marketing d'alliance de Bleublancrouge, qui nous propose son résumé de l'état des tendances à l'IEG, conférence annuelle sur la commandite, qui se tenait récemment à Chicago.

Je vous invite à lire "L'avenir de la commandite: cinq grandes tendances"Il nous parle de l'avenir des commandites et des grandes tendances qui sont souvent employées dans un marché qui permet aux grandes marques de se transformer en commandites redoutables.

@+

vendredi 23 mars 2012

Explora, la nouvelle chaîne spécialisée de Radio-Canada

Explora est la toute nouvelle chaîne télévisuelle que Radio-Canada a créee pour les personnes curieuses de nature. Cette nouvelle se consacrera à la nature, la santé, l'environnement et la science verra le jour le 28 mars prochain. Son lancement s’inscrit dans la stratégie «2015: Partout» de la société d’État, lancée l’année dernière et qui démontre son intention d’élargir son offre sur de nouvelles plates-formes.


«Avec cette nouvelle chaîne, nous proposons au public francophone une programmation d’une très grande qualité qui répond tout à fait au mandat du diffuseur public. Explora sera à la science, l’environnement, la nature et la santé ce que RDI est à l’information et ce qu’ARTV est à la culture. Radio-Canada démontre encore une fois sa capacité de s’adapter pour répondre aux attentes des citoyens», a indiqué le vice-président principal Louis Lalande.

Pour les amateurs de télévision qui aiment l'aventure, Explora pourrait se comparer à des chaînes spécialisées comme OasisHDEquateurHD et RADXHD actuellement sur le marché. Explora est un combo de toutes ces chaînes en une seule. Essentiellement, sa programmation  se composera de contenu provenant de l'étranger. Il sera possible de voir des séries et des reportages aux images spectaculaires.

Bien qu'elle présentera peu de contenu original, il n'en demeura pas moins que des émissions comme la Semaine verte, Découvertes, Animo et Les docteurs seront de la partie. Par contre, deux productions originales pourraient se joindre à la grille horaire en automne 2012 et hiver 2013. Le magazine écologique Casa Nova, animé par la comédienne Édith Cochrane, traitera de construction écologique ainsi que de développement durable. En plus, une série sur le monde sous-marin, qui n'a pas de titre officiel, serait animée par Boucar Diouf où celui-ci nous partagerait son expertise en océanographie.

Fait à noter, cette chaîne sera disponible seulement pour les abonnés de Vidéotron et Telus. Pour les abonnés de Bell, il faudra attendre. Serait-ce le début d'une discrimination médiatique suite à l'acquisition d'Astral Media par Bell?

Pour de plus amples informations, je vous invite à consulter le site Internet, à vous joindre à la page Facebook et de suivre les activités d'Explora sur son compte Twitter

Bon voyage !  

@+



jeudi 22 mars 2012

Un peu de changement ça fait du bien

Il y a de ces journées où on se rend compte qu'après s'être levé, pris une bonne douche et bu son café comme à tous les matins, à quel point l'Internet envahit notre quotidien.  Ceci dit, il suffit de ne pas avoir jeté un coup d'oeil dans sa boîte de courriels pendant une seule journée, pour s'apercevoir qu'une centaine de pourriels ont fait une petite halte par chez vous. Ces messages qui regroupent des "like", des "tweets", des "pins", des "shares", des "+1", des commentaires, des vidéos et j'en passe, sont le résultat de l'omniprésence des réseaux sociaux, mais surtout de l'utilisation des différents médias dans notre société et son impact à bien des égards. Je me permets une petite montée de lait ce matin sur cette ère technologique que j'aime beaucoup, mais qui a parfois ses effets pervers et qui irritent particulièrement ma personne aujourd'hui.

Que doit-on penser des étudiants? Ils s'objectent et manifestent haut et fort leur mécontentement face à la hausse des frais de scolarité. Pourtant, la majorité d'entre eux possèdent des iPhones et des Blackberry pour texter avec leurs amis ou pour jouer à Angry Birds lors des temps morts entre deux cours. Il me semble que demander 300$ par année n'est pas si difficile à offrir compte tenu des sommes déboursées pour ces appareils. Disons que 1200$ annuellement pour un téléphone intelligent qui sera désuet dans trois ans. Est-ce vraiment ça l'avenir du Québec?

De plus, il y a les personnes qui se prétendent des experts des réseaux sociaux parce qu'ils ont des comptes Twitter et Facebook. Pour qui vous prenez-vous? Les "Michelle Blanc" de ce monde ça ne court pas les rues. Ce n'est pas parce qu'on a une présence sur les réseaux sociaux que l'on devient des professionnels en la matière automatiquement. C'est un peu comme le gouvernement qui tente de diminuer la fréquentation des particuliers au Casino. C'est bien beau des annonces contre le jeu, encore faut-il être conciliant dans son message. En bout de ligne, lequel des deux parties est le plus profitable?

C'est sans compter l'envoi de plusieurs abonnés Facebook à se joindre à la secte des jeux comme Farmville et Castleville. Je veux bien respecter les fans de ces jeux bidons qui permettent de meubler les fins de soirées de ceux-ci lorsqu'il n'y pas de partie du Tricolore à la télévision. Cependant, je préfère passer "Go" et récolter 200 dollars en bonne compagnie sur une planche en carton au lieu de ramasser des points en nourrissant des poules virtuelles ayant comme meilleur ami un cheval dans un concept qui étrangement me rappelle les célèbres petits jeux japonais Tamagotchi. Excusez-moi! C'est bien beau tout ça, mais j'ai quand même une vie.

D'un autre côté, ces envois proviennent d'amis qui composent votre communauté virtuelle et qui sont des connaissances de près ou de loin avec lesquelles vos rapports sociaux ne sont plus ce qu'ils étaient.  C'est à se demander si ces personnes veulent bel et bien avoir un contact avec vous ou sont de fiers disciples engagés par ce mouvement. À bien y penser vaut mieux ne pas trop se poser de questions et envoyer des membres d'Anonymous à leur trousse.

Par ailleurs, la surutilisation du mot "épicurien" par bien des abonnés de la plate-forme web Twitter  me laisse perplexe. Je devrais plutôt dire "épicurienne", car plus souvent qu'autrement ce sont des femmes qui utilisent ce terme. Aimez le bon vin et la bonne bouffe est une chose. Par contre, cela peut rendre certains fidèles hésitant à l'idée de vous suivre. Ces propos pourraient laisser sous-entendre à d'autres abonnés que vous souffrez d'alcoolisme et d'obésité. Un dossier à suivre. 

En plus, il existe bien des blogueurs qui croient savoir tout connaître et qui font des erreurs de français. Un peu de modestie s'il vous plaît. Ce n'est pas une présence sur Internet qui fera d'eux de plus grands littéraires. Pas besoin d'être un professeur de français pour savoir écrire. Pensez à vos lecteurs. On est loin de la dictée de deuxième année où l'autocollant d'une étoile dorée ornait un résultat digne de mention. Ayez au moins la décence de les corriger si certains d'entre eux vous en font part. Je ne suis pas parfait, mais  je suis conscient que l'impact d'une orthographe inadéquate pourrait remettre en question ma crédibilité. À méditer.  

En terminant, il ne faut surtout pas oublier le couple suédois, mordu de technologie, qui avait baptisé son enfant Googleil y a quelques années. Je serais curieux de savoir si ces derniers ont récidivé avec un nouvel enfant. Si c'est le cas, ce ne serait certainement pas surprenant que le couple est eu l'audace de l'appeler avec un nom comme Apple, Bing ou Ebay?

@+


mercredi 21 mars 2012

Facebook a-t-il fait de ses abonnés des Schtroumpfs Coquets ?

Selon une étude de la Western Illinois University une personne ayant plusieurs amis sur le réseau social Facebook aurait tendance à posséder des traits de personnalité narcissique. Encore faudrait-il que l'étude détermine ce que signifie avoir "plusieurs amis". C'est du moins ce que rapportent les propos de l'article "Got Ton of Facebook Friends? You May Be a Narcissist, Say Study?", publié par le site Mashable

Parmi les abonnés de la plate-forme Facebook, il est possible de dénombrer une proportion d'individus qui utilisent ce moyen de communication à des fins personnelles ou commerciales. Ceux qui exploitent ce médium à des fins personnelles ne le font pas toujours de façon adéquate. En effet, ils cherchent simplement à attirer l'attention vers eux auprès de leurs amis. Pourquoi agissent-ils ainsi? Afin de pouvoir rehausser leur estime. Une hypothèse qui a été lancée dans cette étude et qui m'apparaît tout à fait plausible, particulièrement en raison des nombreuses options que la plate-forme met à la disposition de ses utilisateurs, en ce qui concerne le partage de supports visuels qui s'effectue entre abonnés. 

Cependant, une importante distinction est à faire entre les deux catégories, mentionnées dans cet article, de personnes qui sont définies comme narcissiques. D'un côté, il existe ceux qui s'exhibent à outrance via des photographies explicites et qui aiment être le centre d'attention. De l'autre, des individus qui sont prêts à dépasser les limites permises pour démontrer à quel point ils sont les meilleurs, et ce peu importe l'enjeu. Ce qui veut donc dire que Steve O, du film Jackass, a de la compétition. 

Or, l'auteur de cette étude, M. Chris Carpenter de la Western Illinois University, note qu'il est intéressant de prendre le temps de lire les messages des abonnés. Ces derniers n'hésitent pas à utiliser la première personne du singulier comme le "je" ou le "moi" dans plusieurs des publications téléchargées sur la plate-forme. Par le fait même, ce profond narcissisme engagé par cette étude sur Facebook se distingue au niveau des sexes. Les hommes ont tendance à promouvoir des informations en lien avec leur statut, alors que les femmes sont plus enclines à dévoiler des attributs concernant leur physique.

Ceci dit, Facebook représente à mes yeux un endroit qui me rappelle le village des Schtroumpfs. Un monde un peu fou aux multiples personnalités et qui partage auprès de sa communauté qui ils sont vraiment. À cet effet, je ne crois pas que le nombre d'amis sur Facebook puisse déterminer si une personne souffre de narcissisme ou non. À mon avis, c'est une voie de transmission qui sert à livrer du contenu divertissant ou informatif auprès de son réseau de villageois. D'ailleurs, Facebook recommande à ses abonnés de faire des demandes d'amitiés à des personnes qui sont reliées directement à notre environnement immédiat ou professionnel. Mieux vaut bien les connaître avant de subir des pénalités qui pourraient laisser des séquelles à notre compte sur la plate-forme. 

Bien des entreprises utilisent cette alternative pour se positionner sur le marché et pour se rapprocher des cibles visées. Dans la majorité des cas, elles réussissent à rejoindre ses fidèles, car plus souvent qu'autrement ce sont ces derniers qui réussissent à les rejoindre. Ces entreprises sont-elles narcissiques pour autant? J'ai des doutes. Qu'une personne ait 100, 200 ou 500 amis chaque individu est unique et a des objectifs qui correspondent à ses besoins. Ainsi, c'est ce qui permet de déterminer les raisons qui peuvent motiver l'utilisation de cette plate-forme web.     

Bref, on ne peut pas s'en cacher Facebook est un puissant médium. Il représente très bien les moeurs de notre société actuelle. Il est vrai que Facebook renforce l'idée d'une société individualiste déjà axée sur l'image où la célébrité fait foi de tout. Cette tendance sociologique n'est pas près de s'arrêter. Toutefois, j'ose espérer que ce n'est pas l'unique raison qui incite des individus à s'inscrire sur ce réseau social. Si c'est le cas, Facebook aurait-il rendu plusieurs de ses abonnés à l'image du Schtroumpf Coquet ?  

@+

vendredi 16 mars 2012

Importante transaction dans les télécommunications: Astral passe chez Bell

Bell n'a pas froid aux yeux. Après avoir fait l'acquisition de CTV en 2010, elle poursuit sa stratégie d'intégration verticale en mettant la main sur Astral Media pour une somme de 3,38 milliards de dollars. Astral Media possède déjà plus de 80 chaînes de radio au Canada, près de 22 chaînes de télévision spécialisées, dont 13 francophones, et qui compte parmi ses élus Vrak TV, Canal Vie et Canal Évasion pour ne nommer que celles-là. 

Bell pourra aussi bénéficier de panneaux d'affichages extérieurs qu'Astral Media proposait à ces fidèles partenaires au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Astral Media était la pièce manquante dont Bell avait de besoin pour rivaliser avec ses plus fidèles concurrents, soit Quebecor et Radio-Canada. 

L'annonce de cette transaction majeure est la plus importante de toute l'histoire de l'industrie médiatique et des télécommunications au pays. Par contre, celle-ci devra être étudiée et analysée par le CRTC et le Bureau de la concurrence avant d'être approuvée.

Actuellement, étant l'un des principaux fournisseurs dans le secteur de la télévision, du web et de la téléphonie au pays, Bell peut enfin rivaliser à forces égales avec la puissance de l'empire Quebecor.

Cela faisait déjà plusieurs années que Bell explorait la venue des moyens efficaces pour renforcer sa position au Québec face à celui-ci. Pour y arriver, elle avait besoin d'accentuer son offre à l'aide de contenus créatifs et diversifiés, qui pouvaient facilement être distribués sur ses différentes plates-formes. Je suis persuadé que Bell courtisait Astral depuis bien longtemps. Les chaînes spécialisées offriront l'opportunité à Bell de mieux segmenter ses marchés. Ainsi, le placement média sera plus rentable et permettra d'offrir des stratégies qui rejoindront plus rapidement les cibles visées.

Voici un tableau qui vous permettra de voir les actifs de chacune des entreprises. Vous remarquerez que Bell et Astral étaient dûs pour s'entendre. Lorsque l'on regarde les deux entreprises, elles sont très complémentaires. 


Il s'agit d'un coup bien calculé par Bell. Si l'on regarde les tranches du marché que représente le secteur des télécommunications au Québec, on peut comprendre que Bell possédait 6% du marché. 

En mettant la main sur Astral, Bell prend la possession de 26% du marché. Ce qui représente un gain huit fois supérieur à ce que son offre représentait auparavant au Québec. Passant de 6% à 32%, Bell se place en bonne position par rapport face à Quebecor qui contrôle 35% du marché à lui seul. Seulement 3% séparent les deux géants du secteur des télécommunications. Ce qui laisse croire qu'une saine compétition commence à voir le jour entre les deux rivaux. 

À cet effet, Bell qui est actionnaire minoritaire des Canadiens de Montréal, motive une fois de plus Quebecor à stimuler la venue d'une équipe de hockey professionnel dans ses rangs afin de faire profiter son actif auprès de ses propres plates-formes médiatiques. Ce ne sera donc plus qu'une guerre médiatique entre les deux parties, mais également sportive si celle-ci réussi.


Bref, c'est sans l'ombre d'un doute que le paysage médiatique québécois aura des allures bien différentes. Maintenant que les chaînes spécialisées sont désormais sous la gouverne de Bell, ce ne serait pas surprenant que la qualité du contenu culturel québécois soit affectée. C'est ce que bien des créatifs au Québec se posent comme question. Encore faudra-t-il attendre de voir l'impact de cette transaction avant de pouvoir en tirer une véritable conclusion.

@+

mardi 13 mars 2012

La Saison des nids-de-poule

La neige qui commence à fondre dans la grande région de Montréal annonce officiellement le début de bien des cauchemars pour les automobilistes, la saison des nids-de-poule. L'agence de création Taxi s'est lancée dans une campagne marketing tout à fait appropriée pour les Montréalais afin de rendre la circulation plus agréable pour les conducteurs de la métropole.


La Saison des nids-de-poule est la toute nouvelle application mobile qu'a développée Taxi. Actuellement disponible gratuitement pour votre iPhone, elle permet de répertorier et de géolocaliser sur une carte interactive les cratères que l'on retrouve dans plusieurs rues aux quatre coins de Montréal. Il est possible de voir l'emplacement de ces nids-de-poule  sur le iPhone ou même sur le site Internet expressément conçu pour la compagne.


Plusieurs affiches sont présentes un peu partout dans la ville pour promouvoir le nouvel outil. Bien qu'il s'agisse d'une belle publicité pour Taxi, c'est aussi une campagne publicitaire utilitaire, comme bien d'autres, qui fait le lancement d'une nouvelle application mobile. Le marketing interactif est un marché en pleine expansion. La Saison des nids-de-poule est une idée originale qui convient parfaitement à celui de Montréal.


La campagne est aussi déployée sur bien des plateformes Internet, notamment sur les réseaux sociaux comme TwitterFacebook et Pinterest. L'initiative prendra aussi de l'ampleur, car Taxi a acheté les droits de cette idée afin de pouvoir développer des projets similaires à l'échelle internationale. 


Les forces de cette campagne urbaine repose sur une réalité sociale qui représente bien le quotidien des grandes villes. Ici, à Montréal, les débats que l'on peut entendre un peu partout dans les médias concernant la piètre qualité des routes au Québec renforce une campagne comme celle-ci.


Par contre, la participation des automobilistes dans cette chasse aux nids-de-poule va de pair avec le succès de celle-ci. Ils devront être nombreux à se lancer dans l'aventure afin de conserver un intérêt face à ce nouveau concept. En plus de la participation des automobilistes, la campagne de marketing que Taxi propose est à la fois, ironique et amusante. Elle permet un rapprochement instantané et interactif avec les autres montréalais et offre la possibilité à ces utilisateurs d'aviser les autorités municipales de l'endroit précis où ils ont aperçu ces trous de mini-putt au cours de leur trajet.


Par ailleurs, l'ajout de l'application mobile sur votre téléphone intelligent signale au conducteur, à l'aide d'alertes, la présence de nids-de-poule devant lui et enregistre automatiquement l'endroit où ils se trouvaient si son véhicule entre en contact avec ces derniers.


Jusqu'à présent près de 346 nids-de-poule ont déjà été répertoriés. Ce ne serait pas surprenant que ce chiffre soit dépassé très rapidement dans les heures qui vont suivre. Cet outil permettra sûrement à bien des conducteurs de sauver de nombreuses visites chez  leur garagiste si ce parcours est utilisé tous les jours.


@+

lundi 12 mars 2012

100 ans de Oreo

Qui n'aime pas les biscuits Oreo? Ce petit biscuit à la crème qui a su rapprocher tant les tout-petits que  les plus grands fête son centenaire cette année. Pour l'occasion, l'agence publicitaire new-yorkaise Draft FCB, en collaboration avec sa filiale de Paris, lance une nouvelle campagne d'affichage publicitaire qui cherche à faire ressortir chez les plus grands l'enfant en eux. Ce lien vous permettra de voir les idées que cette agence a su mettre de l'avant pour la Campagne Oreo.

1946 - Début du Baby-Boom
À la fois créatives et amusantes, les publicités proposées par  la marque Oreo est une façon pour celle-ci de souligner et célébrer sa centième année d'existence à son image. Ce concept avant-gardiste est un voyage dans le temps. Il met en scène la célèbre rondelle de chocolat au coeur d'événements dont il a été témoin et qui ont marqué l'histoire de l'humanité au cours du siècle dernier. Elles plairont à toutes les générations qui ont grandies avec ces faits marquants de notre histoire.


Le modèle publicitaire que l'agence Draft FCB a mis de l'avant est très tendance dans le milieu de la publicité et du "packaging" actuellement. Elle repose sur une vague minimaliste. Le Oreo qui est l'élément central de la publicité ne doit pas avoir d'intervenants supplémentaires. Un design sobre et épuré permet de mieux canaliser l'axe publicitaire de la création et d'assurer une meilleure compréhension du message. Ainsi, le Oreo fait foi de tout en étant le principal acteur du "storyboard".


Un peu d'histoire

Biscuit Hydrox commercialisé en 1908
Ce qu'il y a de remarquable avec la marque Oreo, c'est qu'elle a su traverser les époques. Elle a réussi à créer une identité à son biscuit. Ce biscuit a été commercialisé par la compagnie américaine Nabisco. (National Biscuits Company). La compagnie était à la recherche d'un produit vedette pour succéder au retentissant succès des biscuits en forme d'animaux de cirque, créés en 1902.


En 1908, la compagnie Sunshine a commercialisé un biscuit qui se nommait Hydrox et qui est, en quelque sorte, l'ancêtre du biscuit Oreo. Son succès plutôt modeste en raison d'un nom peu attrayant aux yeux des consommateurs, a poussé la compagnie Nabisco à breveter le biscuit. La compagnie cherchait à commercialiser un nouveau biscuit qui s'adressait aux enfants. C'est à ce moment que le Oreo a vu le jour le 6 mars 1912 dans la région de New-York.


Comment expliquer les raisons de son succès ?

1967 - Peace & Love
Ce n'est pas donné à toutes les marques de pouvoir franchir les époques comme a su si bien le faire le biscuit Oreo. Au Québec, seul le Whippet peut se vanter de faire partie de ce palmarès avec 85 ans d'existence.  Si le  Oreo a réussit à braver les lignes du temps c'est parce qu'il a su toucher de près ou de loin ces consommateurs. Voici les 4 raisons qui peuvent expliquer ce beau parcours.


1. Une identité forte
Le biscuit Oreo est plus qu'un biscuit. C'est un personnage dans notre garde-manger. Il a toujours été présenté comme un ami de notre quotidien. Les publicités lui ont toujours donné une personnalité. Il nous appartient et il est difficile de le partager avec autrui. Par contre, il rassemble les individus. Celui-ci est agréable à manger en bonne compagnie ou seul. Ainsi, il fait partie de notre quotidien dans des moments privilégiés de notre vie.


2. Un public cible
Les enfants ont toujours été la cible visée de la marque. Elle fait place à la création et à l'imagination, car elle se redéfinit à chaque fois. Ces axes publicitaires la rendent accessible à toute la famille. Elle est comparable à l'image de McDonald. Par contre, elle est beaucoup moins controversée et démontre qu'elle est un indispensable.


3. Association de produit
1969 - Premier pas sur la Lune
Contrairement à McDonald, il est plus facile de rendre le Oreo plus santé. Poutant, il est rempli de sucre et de matières grasses. Le Oreo est associé à un verre de lait. Un parent ne peut donc pas s'opposer à la consommation d'un verre de lait. Il est donc plus facile d'intégrer ce biscuit à notre style de vie, ce que McDonald ne peut pas se permettre de faire.


4. Adapter son produit pour le marché
Le Oreo a su s'adapter aux marchés. Par exemple, au Canada le biscuit est fait à base d'huile de cacao alors qu'aux États-Unis il est fait à base d'huile de Canola. En Asie, certains sont à saveur de thé vert et d'autres à saveur de fraises. Ainsi, les saveurs locales sont favorisées en tout temps.


D'ailleurs vous remarquerez que les enfants sont les cibles de ces publicités. Bien qu'au Québec il est interdit de s'adresser aux enfants avec de la publicité, dans d'autres pays cela est un incontournable. Voici mon Timeline des publicités d'Oreo que vous avez sûrement eu l'occasion de voir ou de revoir au cours de ce blogue. Amusez-vous bien !

1. 2011 - France: Une petite fille qui explique le secret à son papa du biscuit Oreo


2. 2009 - Chine : Ce petit garçon cherche à manger son Oreo comme son grand frère


3. 1992 Québec: Ça roule avec Oreo, avec en arrière-champ la voix de Joël Legendre. Un concours qui nous permet de remporter une paire de patins à roues alignées. La folie des années 90 commence à se faire sentir.


4. 1990 - Québec: Un concept typiquement 1990 avec les biscuits Oreo fluos. 


5. 1984 - USA: Réinventer le Oreo à une époque de consommation qui allait prendre les tournures que nous connaissons aujourd'hui.


6. 1968 - USA : Un dessin animé pour cibler les jeunes enfants. Cette publicité est présentée pendant un épisode télévisé du chien superhéro "Underdog". L'ancêtre du placement média et du positionnement d'une marque.


7. 1959 - USA: Durant un épisode de SKY KING, populaire émission de télévision, les samedis  matins sur les ondes de CBS. C'était les premiers pas de la publicité aux États-Unis et ce moment caractérise une stratégie de marketing bien connue à la télévision et au cinéma, le placement de produit.   



@+ 


vendredi 9 mars 2012

Combattre l'homophobie dans le sport professionnel

La LNH laisse enfin tomber les tabous. Le sport le plus macho de la planète a lancé la campagne You can play il y a moins d'une semaine pour sensibiliser les amateurs de hockey face à l'homophobie. C'est le directeur général des Maple Leafs de Toronto, Brian Burke, et son fils Patrick, dépisteur pour les Flyers de Philadelphie, qui sont à l'origine de ce projet. Cela fait suite au décès du fils de M. Burke en 2010 lors d'un accident d'automobile. Ce dernier a souffert d'intimidation, entre les mûrs du vestiaire de l'équipe de hockey qu'il fréquentait à l'université. À cet effet les deux hommes cherchaient à rendre un hommage à l'un des leurs et d'ouvrir les yeux au grand public que cette réalité n'est pas facile à vivre pour de jeunes hockeyeurs.

En collaboration avec les autorités de LNH, ils ont embrassé la cause et ont décidé de créer une campagne virale qui a été lancée sur le web à l'aide d'une vidéo sur la plate-forme Youtube. La vidéo compte parmi ces athlètes professionnels des joueurs de la LNH qui se succèdent à tour de rôle et qui répètent la phrase suivante :"You can play". Ce qui veut dire: "tu peux jouer".



Bien que ce message soit court, sa simplicité évoque un changement de mentalité qui permet de croire que peu importe l'orientation sexuelle d'un individu, il fait partie de l'équipe. Une réalité qui se traduit aussi dans d'autres sphères professionnelles où cela demande une ouverture. Le hockey est un sport accessible qui s'adresse à tout le monde malgré les différences de chacun. L'orientation sexuelle ne devrait pas être un obstacle. 

M. Burke est très sensible face à cette cause et avec raison. Il a souvent été présent  lors d'événements impliquant la communauté gaie de la Ville Reine depuis qu'il endosse le poste de directeur général des Maple Leafs de Toronto. Cette initiative représente un grand pas pour le sport professionnel. 

Je vous invite à regarder cette vidéo et de me soumettre vos commentaires.

@+ 

jeudi 8 mars 2012

Redéfinir la notion de plein-air pour la MEC

Le plein-air ne se résume pas seulement qu'à se faire piquer par des maringouins en camping au mois de juillet ou  faire du ski de fond avec un nouvel équipement qui a coûté les yeux de la tête pour pouvoir en profiter seulement lors la semaine de relâche. Loin de-là. Pourtant, ceux qui connaissent très peu la coopérative Mountain Equipement Coop peuvent le croire.

En tant qu'adepte de jogging et membre actif de la MEC, j'ai été très heureux d'apprendre que celle-ci a décidé de repositionner sa marque afin de satisfaire une clientèle beaucoup plus urbaine. La coopérative s'est rendue compte que 71% de sa clientèle habite dans des zones urbaines et celle-ci pratique des activités sportives tout près de leur domicile. La marche à pied, le jogging, la bicyclette et le yoga sont maintenant monnaie courante auprès des citadins qui cherchent des activités à bas prix pour satisfaire leur bien-être. 

Pendant plusieurs années cette marque, bien connue à travers le Canada, a souvent été associée à des activités comme le camping, le kayak et la randonnée. Bien que ce marché représente toujours l'un des axes importants de la coopérative, la nouvelle stratégie marketing adoptée par MEC est intimement liée à un mode de vie qui se rapproche davantage de celui des grands centres. Elle donne un nouveau souffle à la vie active, car elle redéfinie la notion de "plein-air". La coopérative offrira plus de 1400 produits à ses membres. Cela marque le plus important lancement de toute de l'histoire de  la coopérative. Elle met l'accent sur des produits tels que les vêtements et les accessoires au mode de vie urbain. Il était temps que la MEC fasse un tel changement compte tenu de la gamme des produits que proposent ses concurrents. Je pense notamment à des marques  North Face, Chlorophylle et Arc'teryx.   

Outre que les adeptes de plein-air, il me semble qu'à Montréal la marque a plus de difficultés à se faire connaître et à trouver preneur. Croyez-moi ! Si vous connaissez bien la marque et que vous demandez à des jeunes de 18-34 ans s'ils connaissent la MEC, vous serez très surpris des réponses que vous pourriez obtenir. Je crois que la stratégie aura aussi des bénéfices sur la notoriété de la marque auprès de ce groupe d'âge. Sachez que l'ensemble des activités promotionnelles seront axées sur le web. Ce qui aura sans aucun doute un impact sur cette clientèle.   

En terminant, cette nouvelle stratégie marketing développée par la coopérative de plein-air, permettra à la clientèle montréalaise qui n'est pas familier avec la marque d'y trouver son compteLes nombreux espaces verts de la métropole aideront sûrement la MEC à plaire à ces adeptes et d'atteindre les résultats souhaités.
@+

mercredi 7 mars 2012

6 actions à poser pour se trouver un emploi en communication et en marketing

Je dois vous avouer que ce n'est pas de tout repos se tailler une place de choix dans le domaine des communications et du marketing au Québec. Particulièrement après plusieurs années d'études dans ce domaine et d'expériences diversifiées sur le marché du travail. Croyez-moi ! Je sais de quoi je parle. Ce qu'il y a de rassurant dans tout ça, c'est de savoir que l'on n'est pas seul dans cette situation compte tenu des nombreuses publications en ligne que les professionnels des ressources humaines peuvent nous soumettre. Quoi faire pour remédier à la situation ? Voici six actions mises en pratique afin d'améliorer mes chances d'obtenir un poste en communication et marketing.

1. Discutez avec votre entourage
En discutant avec d'anciens collègues de travail et camarades de classe, je me suis rendu compte que peu importe le cheminement professionnel ce ne sont pas les connaissances qui feront une grosse différence lors de l'embauche, mais bien les personnes que vous connaissez. Il ne faut pas avoir peur de prendre contact avec celles-ci et de vous s'intéresser à ce qu'elles font. Vous gagnerez beaucoup de respect à leurs yeux et elles vous soumettront des informations verbales qui pourraient être profitable pour vous. 

2. Faites des liens avec vos compétences acquises 
C'est sûr que pour certains emplois des préalables sont requis. Un ancien enseignant en science et technologie comme moi ne pourrait pas obtenir un travail d'ingénieur. Ce ne serait pas possible. Cependant, en raison de mes expériences acquises en enseignement, ma candidature pourrait être intéressante pour des employeurs qui recherchent à combler un poste en formation de personnel. De façon plus concrète, le meilleur exemple est l'enseignant de français. Ce dernier pourrait travailler pour une firme d'ingénieur à la formation en offrant des services de rédaction. Pourquoi ? Afin d'améliorer la qualité des rapports écrits soumis par plusieurs ingénieurs. Il suffit de réussir d'assembler les compétences acquises dans le passé au courant de votre parcours professionnel. Ainsi, vous améliorez vos chances de détenir un poste au sein d'une organisation qui vous plaira et qui correspondra davantage à votre profil. 

3. Consultez les sites d'emplois dans votre domaine
Comme plusieurs chercheurs d'emplois issus du monde des communications et du marketing, ma quête du poste idéal s'est amorcée en consultant des postes sur des sources Internet bien connues par le grand public. Par la suite, je me suis dirigé vers des sites spécialisés dans ce domaine auprès de sites comme Isarta, Expresso Jobs et Infopresse Jobs. Cela m'a permis de connaître des entreprises qui oeuvrent dans mon champ d'expertise et de percevoir de belles opportunités d'affaires. En ce moment, je suis en meilleure position pour comparer les différentes entreprises qui offrent les mêmes services et de rester au courant  des tendances de l'industrie. 

4. Abonnez-vous à certains réseaux sociaux
Maintenant, l'arrivée des réseaux sociaux change beaucoup le portrait en terme de recherche d'emploi. Plusieurs opportunités s'ouvrent devant nos yeux. Derrière ces plates-formes se cachent de belles niches d'informations pouvant vous être utiles dans votre recherche d'emploi. De plus, vous pouvez entrer directement en contact avec les personnes que vous désirez rejoindre. Ce nouveau type de recrutement permet d'atteindre beaucoup de jeunes professionnels et d'échanger avec des personnes de votre domaine. La plate-forme Linkedin est la plus populaire en la matière, mais Facebook pourrait en surprendre plusieurs. Je vous invite à lire cet article sur Mashable pour plus de détails. Je profite de ma présence sur ces deux sites pour en tirer le maximum et pour solliciter les entreprises qui seraient intéressées à mes services.

5. La création d'un blogue dans le domaine recherché
Les médias sociaux nous permettent d'échanger du contenu relié à nos intérêts et passions. Ce partage d'informations est rapide et efficace lorsqu'il est transmis à des endroits stratégiques. Un blogue vous permet à la fois de mettre en valeur votre personnalité, mais aussi d'enrichir vos compétences. En entretenant un blogue vous manifestez un intérêt marqué pour l'industrie dans laquelle vous voulez travailler. C'est l'une des raisons qui m'a motivé à me lancer dans ce type de projet. Ainsi, il est plus facile de gagner une certaine crédibilité auprès des lecteurs. Ils facilitent les échanges avec ceux-ci grâce aux précieux commentaires qu'ils me laissent.

6. La création d'un curriculum vitae artistique
En communication et en marketing, les candidats recherchés sont souvent des créatifs, de même que ceux qui engagent. Dans ce domaine le curriculum vitae traditionnel se retrouve plus souvent qu'à son tour au recyclage. Afin d'attirer l'attention, il faut y aller d'un concept original qui vous représentera. J'ai donc opté pour une collaboration avec une graphiste afin qu'elle puisse me réaliser un concept original qui pourrait intéresser des futurs employeurs. Ainsi, j'offre un projet à une professionnelle, une relation professionnelle est engagée et avec un succès qui s'en suit, d'autres collaborations pourraient être possibles. 

En résumé, tous les moyens sont bons pour réussir une bonne recherche d'emploi. Il suffit de prendre le temps et d'investir sur soi-même. Cela peut parfois être long et ardu, mais dès que vous obtenez enfin ce que vous souhaitez c'est beaucoup plus facile. Je suis encore en attente, mais je garde espoir. Comme le disait si bien Albert Camus: "En vérité, le chemin importe peu,  la volonté d'y arriver suffit  à tout."

@+