Translate

vendredi 16 mars 2012

Importante transaction dans les télécommunications: Astral passe chez Bell

Bell n'a pas froid aux yeux. Après avoir fait l'acquisition de CTV en 2010, elle poursuit sa stratégie d'intégration verticale en mettant la main sur Astral Media pour une somme de 3,38 milliards de dollars. Astral Media possède déjà plus de 80 chaînes de radio au Canada, près de 22 chaînes de télévision spécialisées, dont 13 francophones, et qui compte parmi ses élus Vrak TV, Canal Vie et Canal Évasion pour ne nommer que celles-là. 

Bell pourra aussi bénéficier de panneaux d'affichages extérieurs qu'Astral Media proposait à ces fidèles partenaires au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Astral Media était la pièce manquante dont Bell avait de besoin pour rivaliser avec ses plus fidèles concurrents, soit Quebecor et Radio-Canada. 

L'annonce de cette transaction majeure est la plus importante de toute l'histoire de l'industrie médiatique et des télécommunications au pays. Par contre, celle-ci devra être étudiée et analysée par le CRTC et le Bureau de la concurrence avant d'être approuvée.

Actuellement, étant l'un des principaux fournisseurs dans le secteur de la télévision, du web et de la téléphonie au pays, Bell peut enfin rivaliser à forces égales avec la puissance de l'empire Quebecor.

Cela faisait déjà plusieurs années que Bell explorait la venue des moyens efficaces pour renforcer sa position au Québec face à celui-ci. Pour y arriver, elle avait besoin d'accentuer son offre à l'aide de contenus créatifs et diversifiés, qui pouvaient facilement être distribués sur ses différentes plates-formes. Je suis persuadé que Bell courtisait Astral depuis bien longtemps. Les chaînes spécialisées offriront l'opportunité à Bell de mieux segmenter ses marchés. Ainsi, le placement média sera plus rentable et permettra d'offrir des stratégies qui rejoindront plus rapidement les cibles visées.

Voici un tableau qui vous permettra de voir les actifs de chacune des entreprises. Vous remarquerez que Bell et Astral étaient dûs pour s'entendre. Lorsque l'on regarde les deux entreprises, elles sont très complémentaires. 


Il s'agit d'un coup bien calculé par Bell. Si l'on regarde les tranches du marché que représente le secteur des télécommunications au Québec, on peut comprendre que Bell possédait 6% du marché. 

En mettant la main sur Astral, Bell prend la possession de 26% du marché. Ce qui représente un gain huit fois supérieur à ce que son offre représentait auparavant au Québec. Passant de 6% à 32%, Bell se place en bonne position par rapport face à Quebecor qui contrôle 35% du marché à lui seul. Seulement 3% séparent les deux géants du secteur des télécommunications. Ce qui laisse croire qu'une saine compétition commence à voir le jour entre les deux rivaux. 

À cet effet, Bell qui est actionnaire minoritaire des Canadiens de Montréal, motive une fois de plus Quebecor à stimuler la venue d'une équipe de hockey professionnel dans ses rangs afin de faire profiter son actif auprès de ses propres plates-formes médiatiques. Ce ne sera donc plus qu'une guerre médiatique entre les deux parties, mais également sportive si celle-ci réussi.


Bref, c'est sans l'ombre d'un doute que le paysage médiatique québécois aura des allures bien différentes. Maintenant que les chaînes spécialisées sont désormais sous la gouverne de Bell, ce ne serait pas surprenant que la qualité du contenu culturel québécois soit affectée. C'est ce que bien des créatifs au Québec se posent comme question. Encore faudra-t-il attendre de voir l'impact de cette transaction avant de pouvoir en tirer une véritable conclusion.

@+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire