Translate

mercredi 22 février 2012

La Commission Charbonneau, une stratégie de communication sympa-TIC e-TIC et poli-TIC


Comme marketing rime souvent avec happening, le lancement de la Commission Charbonneau en est tout un. La Commission d'enquête qui cherche à obtenir de l'information sur l'octroi de la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction, a pris officiellement son envol mardi.

Habitué de voir des conférences de presse pour ce type d'événement, je dois vous avouer que j'ai trouvé fort intéressante la stratégie de communication proposée par la juge Charbonneau. Bien que je ne sois pas un grand fanatique de politique, l'envoi de DVD aux différents médias, qui couvre l'actualité politique, comprenait une vidéo dans laquelle on pouvait y apercevoir la juge Charbonneau. Celle-ci, fort sympathique au cours de ce visionnement, nous présentait le mandat de sa nomination, ainsi que le nom des personnes qui formeront son équipe pendant ce processus.

De plus, la mise en place d'un site Internet et l'ajout de cette même vidéo à celui-ci, offre la possibilité au public de communiquer avec des responsables de la Commission d'enquête. L'objectif visé est de recueillir le plus d'informations possibles auprès de l'ensemble de la population, et ce, de façon anonyme. Ces derniers peuvent partager des informations par courriel ou par une ligne téléphonique sans frais que l'on peut apercevoir dans le coin droit du site. Un choix logique pour la juge Charbonneau d'utiliser les technologies de l'information (TIC) pour passer son message. À l'aide de cet outil, elle cherche à se rapprocher du public. Après tout, c'est celui-ci qui finance en grande partie cette Commission d'enquête et qui en fait la demande en 2009.

Je sais que cette stratégie a soulevé bien des émois auprès de la presse au Québec. Par contre les méthodes déployées pour la Commission Charbonneau ne sont pas nouvelles en soi. Toutefois, elles sont très audacieuses contenu des circonstances dans laquelle se situe actuellement le Québec. Pour certains, elle cache quelque chose. Peut-être ? Beaucoup d'individus prétendent que des élections se préparent dans l'air. À cet effet, plusieurs croient que la juge Charbonneau peut avoir privilégié ce véhicule afin de ne pas nuire à l'image du Parti Libéral du Québec. Pas fou ! De mon côté, j'ose espérer que ce n'est pas le cas. Je préfère assister à un nouveau mouvement technologique en matière de diffusion d'informations qui ne critique pas l'éthique politique pour simplement justifier un rapport qui se résultera par un échec.

Il n'en demeure pas moins que l'on peut sous entendre que l'objectif secondaire derrière cette stratégie de communication est d'augmenter le contenu web des médias généralistes. Grâce aux articles émis par les journalistes, le partage du contenu via les médias sociaux atteindront les cibles souhaitées. Ainsi, cela suscitera une plus grande couverture, un intérêt marqué pour la cause et améliorera considérablement les chances de recueillir l'information recherchée auprès de la population ayant été témoin de pratiques plus ou moins honnêtes dans leur milieu respectif en matière de construction. Il est fort à parier que la région de la Côte-Nord ne sera certainement pas épargnée. Elle sera sûrement scrutée à la loupe en raison des nombreux projets présents.

Cependant, j'ai tout de même un bémol à l'égard de la stratégie que nous a présenté la juge France Charbonneau. Comment se fait-il qu'on est déboursé des frais dans l'achat et l'envoi de DVD ? Pourquoi ne pas voir attaché un simple lien Internet à un courriel ? Si l'on utilise les technologies de l'information aussi bien le faire à 100%. Une initiative intéressante, mais qui ne peut pas plaire à tout le monde.


@+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire