Translate

mardi 13 septembre 2011

État du photojournalisme


Le photojournalisme est un mariage entre la photographie, le documentaire et le journalisme. Ils sont tous des outils qui nous permettent de regarder le monde sous des angles qui suscitent un intérêt auprès des citoyens. Cependant, observer une photo qui m'évoque la crise identitaire canadienne à travers des Legos ou d'un enfant mort sur sa tombe, cela me surprend. Pourtant, cette expression visuelle ayant un caractère social ou politique est présente depuis que la photographie est monde. Témoignage visuel, ce message nous indique que cette image raconte l'histoire d'un moment controversé ou unique.

S'inspirant de l'histoire, de l'actualité et des débats de notre société, bien des artistes utilisent ce médium afin de communiquer leurs opinions et faire valoir des points de vue sur des réalités de notre société. Leur but, relater des faits. À l'image des journalistes, ils sont témoin d'un événement. Par contre, c'est la lentille de leur caméra qui capte leur sujet. Leur expression ne tient pas de l'ordre de la communication propre, mais de la communication visuelle. Il est difficile pour cette pratique de se faire valoir encore en 2011.

Bien qu'il est durement frappé par la crise des médias, le photojournalisme reste encore très populaire auprès de ceux qui admirent ces images. Or, pour de simples raisons techniques, le photojournaliste prend plus de risques que le journaliste en soi. Il doit être près de l'action et la critique peut avoir un impact beaucoup plus marquée que celle du journaliste.

Bref, le photojournalisme est une forme d'art qui permet de surprendre les gens et qui a de la difficulté à remonter la pente. L'apparition des images amateures et la gratuité de certaines photos mettent en péril cette profession. Par contre, pour exprimer son opinion cette pratique a sa raison d'être et alimente les débats.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire